L’Autre Monde

nebuleuse_n

…2002 : l’année du Rêve. Les choses ont changé, depuis 1989. Je suis partie à l’étranger grâce à mes études. Diplômée d’une université anglaise, je suis complètement anglicisée, après avoir vécu à Londres puis à Manchester.

On m’appelle astralbanana maintenant, sans majuscule. Devenue cadre dans une grosse boîte de consultance en informatique, je m’installe à Amsterdam. En à peine plus de dix ans, j’ai réussi à visiter tous les continents de la planète, sauf l’Antarctique : on est loin de la petite punk en colère dans son bled du sud de la France.

voyagefresque

La richesse de tout ce que j’ai eu la chance de voir et de ressentir lors de mes escapades autour du monde m’a permis d’adoucir les angles, de calmer ma faim pour la rendre supportable. Mon bonheur s’est accru proportionnellement aux points d’interrogation qui s’effacent dans mon esprit. Moins de doutes, moins de peur, plus de calme – mais je cherche toujours ; insatiable.

Un gros problème m’empêche encore alors de me poser : la fatigue. Complètement insomniaque, je dors peu et mal. Je ne rêve pas.

insomniaque

Mais voilà, en 2002, ces faits ont miraculeusement changé.
Cette métamorphose lente  se concrétise à travers l’arrivée inattendue d’un rêve, le premier dont je me rappelle depuis l’enfance. Il  me surprend dans les petites heures du matin. Ce n’étaient que quelques images banales sans queue ni tête – néanmoins, il me fait cogiter pendant des jours. Je n’arrive pas à y croire… Ce premier rêve anodin marque le début de ma vraie vie. Il est suivi d’un autre songe, puis d’un autre, et d’un autre. Mes rêveries s’affirment, s’enchaînent jusqu’à devenir des histoires, qui même sans être cohérentes n’en sont pas moins une source d’émerveillement pour moi.

dreamcatcher

Jusqu’au jour où, enfin, je suis emportée pour de bon, embarquée malgré moi vers un imaginaire qui semble plus réel encore que ma vie éveillée. Mon cerveau me fait le plus beau cadeau qui soit : il ramène pour moi des images fugaces que je n’avais jamais réussi à vraiment saisir avant. En rêve, je revis mon drôle de voyage.
Grâce à ce rêve, l’évènement revient dans tous ses détails, dans toute sa splendeur. Au réveil, je passe plusieurs heures à gribouiller tous les éléments de cette aventure extraordinaire, pour ne pas qu’elle s’échappe à nouveau. Il n’y a aucun doute : il s’agit bien du souvenir de cet univers magique et étrange que j’avais visité malgré moi il y a toutes ces années.

Ilia

Ma rencontre avec celle que j’appellerai plus tard Iesel resurgit comme un Phoenix dont l’envol occuperait soudain tout l’espace et la logique fantastique de l’Autre Monde m’apparaît clairement pour la première fois. Le travail sans âge du Peuple-Araignée, les tintements envoûtants de leurs lianes cristallines apaisant les âmes, les cocons palpitants… Tout est clair : cette théorie complètement inédite répond aux énigmes les plus déstabilisantes du genre humain « d’où venons-nous ? », « que se passe-t-il après la mort ? ». Elle est cohérente et irrationnelle à la fois…

Je n’avais pourtant jamais été intéressée par ces notions et je suis encore moins spirituellement illuminée d’une quelconque façon que ce soit. Pourtant, en 2002, je ne peux pas m’empêcher de me demander : se peut-il que cette histoire soit vraie ? Se peut-il que…?

Bien vite, je comprends que cela n’a aucune importance. Cette histoire existe, elle vit de son propre aloi : je ne peux pas l’ignorer. Devrais-je essayer d’en parler autour de moi ? Je ne suis pas encore prête.

Rassurée par cette constatation libératrice, je décide de garder cette  découverte pour moi. Dès lors, je peux m’en rapprocher sans risque. Fascinée par ses possibilités infinies, j’entreprends de lui construire une ‘maison’, une structure, qui lui donnera un début et une fin, qui donnera une chance à ces concepts étranges de s’exprimer, à travers la progression d’une légende.

motherearth2

Ainsi naquirent les Mères. Ce ne fut pas difficile : il me suffit d’écouter l’écho de l’Autre Monde, pour découvrir la trace de son origine. Cette intuition, doublée de ma passion pour l’astre solaire et les éclipses, que je n’ai cessé de suivre toute ma vie, provoque un amalgame instantané et éloquent. Les Mères, bien sûr !

nebuleuse_myth

Satisfaite de l’ordre cosmique sublime que ces quelques pièces représentent une fois assemblées, je suspends l’histoire, que j’appelle alors encore simplement ‘Les Autres Mondes’. Les années passent et je la regarde tendrement de temps en temps, comme on regarderait une œuvre d’art cachée dans les oubliettes. Elle était là seulement pour moi, et pour cause : j’avais encore du mal à l’articuler.

Mais l’histoire m’aspire, encore et encore, dans son univers fabuleux. Les principes d’implantation et de réimplantation, ainsi que Jog et son rôle essentiel, germent insensiblement dans son esprit. Puis, l’odieuse machination des Erêtiens vient mettre en péril cette harmonie universelle.

jog

Le mythe prend lentement place dans son esprit. Pourtant, elle est encore impossible à raconter ; il me manque un aspect essentiel. Il me manque un émissaire humain. Mélodie s’impose alors, demandant haut et fort d’être sélectionnée pour cette mission capitale, hors du temps et de l’espace.

Jubilante, je m’empresse d’accepter : Mélodie est parfaite.

 

couv digit final

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *