Tips For Meeting Foreign Women

When it https://unsplash.com/@mailbrides comes to dating foreign ladies, various approaches work for various citizens. Some utilize standard webpages while others opt for more professional services, such as message- purchase brides websites.

Embracing dissimilarities you deliver you and your date closer up. Know simple congratulations in her terminology, and be prepared for social selectivity.

Online dating sites

Online dating sites are a great way to fulfill international girls. The proper status picture and bio are essential. In contrast, it is important to remain open- thinking and respectful. It is also crucial to become patient and have a extended- word perspective for the partnership. This will help you avoid typical pitfalls in international relationship, such as social disparities, dialect barriers, and historical prejudices.

You can find some diverse foreign women on online dating sites, such as Sofia Date and Ladate. These websites offer a variety of tools to make conversation easier and more excitement. Some also offer language services, which can be useful for long- length relationships.

Other locations cater exclusively to people who are interested in finding a severe relationship and marriage with a international woman. These locations include Sofiadate, Bravo Date, and Ladate. These websites provide advanced research and communication devices, as well as background checks and a full range of other providers. They also have detailed information and exclusive museums, and most of them offer refunds if the customer is n’t satisfied.

Much- distance relationships

Long- distance relationships can take many forms. They may be arranged through international dating services, or they might be a result of work or school. Moreover, they can also be caused by family issues like taking care of an elderly parent. The key to a successful long-distance relationship is keeping the lines of communication open and establishing trust.

In addition to communicating often, it is also important to respect her cultural history and practices. For instance, if you date a person from a traditional region, she is likely to be more focused on creating family bonds and will recognize her role as the chief of the household.

In contrast, it is a good idea to study some simple phrases in her speech. This will help you establish respect and illustrate that you are interested in her society. Thirdly, try to find ways to meet her in man. It can be as plain as going on a trip along.

Meeting in person

If you’re interested in dating a european lady, it’s important to know how her society works. This will help you develop a valuable connection with her. Try to learn rudimentary congratulations in her terminology and be courteous of her conventions. This may display her that you’re not just another tourists.

A traverse- historical marriage can be an interesting and fulfilling knowledge, but it’s not without its difficulties. Be sure to seek support from friends and family who understand the complexity of an global connection. In contrast, you can add virtual communities and conferences of individuals who have comparable connections to communicate experience and suggestions. In addition to being a valuable source of information, these website sources can also provide a sense of area for spouses who are navigating lengthy- length relationships. They can likewise help you find a companion who shares your norms and wants to create a life along. Inevitably, you can find joy by learning to talk properly with your mate and regulate anticipations.

Terminology barriers

Terminology barriers are semantic problems that arise in the process of encoding and decoding information into words and ideas. These problems are a main cause of misinterpretations and communication failures. They can lead to frustration, conflict, misunderstandings, violence, and wasted time, effort, money, and lives.

There are many different ways to overcome speech barriers, including using language apps and websites, learning foreign languages at a class https://stbride.org/israeli-brides/ or in a foreign state, or traveling with a nearby who does perceive for you. When communicating with someone from a different traditions, try to use straightforward phrases and avoid expressions or specialized conditions. It is also helpful to understand the ethnical perspective of a discussion and be aware of what does come across as harsh or disrespectful in another lifestyle.

Most foreign women appreciate people who take the time to learn about their cultures and speak their language. These initiatives does present that you regard their lifestyle and are interested in pursuing a partnership with her.

How to Draw Gorgeous Latin Women?

Latina women are extremely impulsive and enjoy trying new things. When dating someone https://fliphtml5.com/homepage/wwavr/mailbridesorg/, you should also try new things.

According to Prida’s level directions, one of the Wonderful Senoritas has a costume that resembles Carmen Miranda, a well-known entertainer known for its suggestive humid images. Another Senorita wears Charo, an American vocalist and dance.

1. Describe Yourself

Gorgeous latin women are frequently extremely obedient partners because they have grown up in a culture that values family values and respects them. They are aware that every partnership and union depend on one another’s assistance, but they’ll be certain to offer you everything you need to succeed.

They are never afraid to express their feelings, and they would always choose someone who is receptive to it as well. Do n’t be surprised if they occasionally invite you to church or other religious events because they also take their religion and cultural roots seriously.

Finally, these women are ready to remain upbeat and outgoing throughout your date because they know how to brighten up any situation. Keep up the pace and observe her example.

2. Hear to Her Concerns

Latina people frequently have a passion for their interests and hobbies. You can make her feel valued and special by showing your interest in her career. You’ll likewise develop a stronger bond with her thanks to this.

Do Mail Order Brides Marry Foreigners for Money? Spanish girls are family-oriented and frequently dedicated to their relationships with other people. Thus, it is crucial to address her and her household people with value. This includes treating other people who serve her well, such as vehicle vehicles.

Beautiful italian ladies are for looking for whether you’re looking for a date or the love of your life. By adhering to these advice, you can have a happy and fulfilling relationship. So what are you holding out for? Launch dating a gorgeous latin person nowadays! You wo n’t regret it at all.

… 3. Become a Friends.

Italian people express themselves through their body speech, which is extremely expressive. They value those who are nearer to them and are also very family-oriented. Even though this is not specific, it might cause them to sometimes emphasize their connection over yours. Respecting her traditions and learning some fundamental Spanish words are essential so you can learn more about her.

Remain a desperate romantic with her and show her you care in sudden ways. Spanish girls are fond of nobility and romantic. She may enjoy the time and effort you put into creating a unique atmosphere for her. She did give 100 % of her prefer. You should always be there for her because Latin people are extremely encouraging lovers. You’ll develop a robust, long-lasting bond with her as a result.

…………………………………………… Been Relatively Honest

Latinas are amazingly fair, and they value men who demonstrate their sincerity. They want to know you’ll be there for them at all times, which is a crucial factor in establishing a personal relationship with them.

They worth family and are frequently raised in homes where somebody coexists. They are already well-versed in parental relationships, which is why they adore it when you inquire about their history.

Being open about what you think and feel about your latina partner is furthermore important. You should be prepared for this because it’s hardly remarkable for them to express their emotions and become very mental. Do n’t be afraid to offer to pay for dinner or open doors for Chantilly because she is still alive.

… Ensure Confidentiality

Latina ladies are renowned for their attractive bodies and spectacular presence, but they are also self-assured. You can get Latina female’s notice if you keep great body posture and a assured tone. Moreover, being considerate of one’s privacy can aid in building a solid relationship with Latina people.

Latina women give a lot of relevance to community. It can be a fantastic manner to get to know their culture and traditions by showing interest in them.

Limit making assumptions based on your own experience about her social history. Handle her like a person, and you’ll discover that she’ll respect your disparities and trust your judgment. Pay attention to her visual cues, such as crossed arms and a tense pose, as well, because they might imply discomfort.

The Best Locations for Women to meet

Meeting high-quality girls is difficult for many males. They believe they must visit bars or clubs in order to match women, but that is simply one aspect of the situation.

If you look in the correct places, you can find wonderful girls anywhere. Making a social circle that naturally draws ladies is the best way to join them.

1. Venues and pubs

The obvious place to meet girls is frequently seen as being in bars and clubs. There are, however, a lot more locations where meeting females can become excellent.

For instance, a wide range of females frequently occupy artwork museums, exhibitions, and other cultural institutions. These kinds of locations may get great places to meet ladies, whether you’re only looking to love the arts or have an academic talk.

Courses like yoga, porcelain, or glassblowing are another excellent place to meet females. These groups are typically 75 % or more female, making them the ideal setting for engaging in conversation with a lady. A great way to demonstrate that you are a well-rounded individual is to enroll in classes. For many people, this can be a major turn-on.

2. the seaside

The beach is a clear option for men who want to meet people. There are a lot of people there, many of whom are individual. Additionally, the shore offers a biological setting for routines and interactions that break the ice. It is simple to find women who enjoy swimming, handball, surfing, or even just lounging on the dust and taking in the sun.

A eatery is another fantastic place to meet women. There are many attractive and intelligent ladies in the industry, whether they are bartenders, hosts, or servers. It is a organic ice-breaker to talk about your favourite dishes or liquor because women are frequently very engaged in the food and drink served at eateries.

Additionally, you may attend neighborhood food and beer tasting events. People who are passionate about the food and drink will be packed into these occasions, making it simple to match women who share your interests.

3..3. Craft Galleries or Museums

Women adore artistic men and are frequently drawn to them more than men who are more attractive but less innovative. Classes that give you the chance to connect with other inventive people, such as painting, improv, woodworking, pottery, or dancing, are excellent places to meet women.

At education gatherings like text venues, discourse teams, or charity hobbies, you can also meet women. Just make sure to approach these cautiously to avoid coming across as hungry, which will turn women off.

Attend a gallery show that features the works of female musicians like Artemisia Gentileschi, Mary Cassatt, Berthe Morisots, Georgia O’keeffe, or Frida Khalo, for instance, if you enjoy skill record. In reality, these significant women designers, whose function has long been underappreciated, are now being honored in numerous expresses and gallery performances. This is a tiny but encouraging indication that views are shifting.

4.. 5. bookshops

Female booksellers are places where women congregate in addition to showcasing the writings of writers who are underrepresented. They are places that promote anti-repressive, feminist, and homosexual elections.

Violet Valley Bookstore is the place to go if you support Lgbt and female engagement. This keep, which is situated in Water Valley, Mississippi, is committed to making lesbian and queer books more widely available to the general public.

Queens-based Turn the page Afterwards is a bookstore with heart, despite the fact that it is only recently opened. This store offers gently used novels so that anyone can purchase some excellent literature.

Women and children First may have been fictionalized in the popular Ifc show Portlandia, but the real thing in Auckland, New Zealand, is zero short of marvelous. This cozy bookstore has everything from ebooks, of sure, to original women’s made gifts, academic materials, and a secure gathering place https://mybeautybrides.net/chinese-brides. Additionally, they network activities like readings and sessions. Actually a dozen local girl designers might be seen loitering at the store.

Where Can i find an Online Girlfriend?

There are many websites https://hub.docker.com/u/mailbrides where you can meet possible suits when looking for a girlfriend online. These websites, which have been around for decades, provide a range of features to assist you in finding the ideal fit.

A excellent introduction to a fresh girl is through gameplay evenings. Game night, which give you the opportunity to interact with people in a more interpersonal setting, are frequently held in bars and coffee outlets.

LaDate

You really create a page and submit some pictures before you start dating on La Date. Having both expert and candid photos, as well as portraits and close-ups of your face, is advised. Additionally, you should change your pictures before submitting them. This does improve the appeal of your information and help you draw people in more quickly.

You can use research frames to find a meet after registering. Registering on the website is completely, but getting in touch with various users requires certificates. 20 free credits are provided by the website upon registration, which you can use to analyze the service.

eHarmony

eharmony has a special method for assisting you in finding your soul mate. The website asks you a series of queries about who you are and what kind of lover you would want to be. Next, it assists you in filtering fits to ensure that you are receiving the appropriate individuals. Additionally, it makes it simpler to comprehend the reasons why you might not get along with anyone.

Additionally, it provides useful suggestions and guidance on how to interact with your fit. You may connect with your complements while on the go by downloading the eharmony app. To give you some motivation, you can even consider success stories from different eharmony consumers. If things are n’t progressing quickly enough, it can be simple to become discouraged.

A lot of Fish

A free dating service that provides a variety of contact tools is plenty of Fish. It has a matching structure and thorough dating characteristics with details on hobbies, interests, and choices. Additionally, it provides press material museums and private communications capabilities.

Fb is hardly geared toward casual sex like Tinder or Badoo. It has tens of millions of users and a sizable consumer bottom that includes users from all walks of life.

The website offers a number of seek filtering, including the option to look for singles based on their hair coloring and legend signal. The wide variety of lookup selections, though, may be frustrating. There is a prime opportunity that enables you to view longer profiles without having to deal with ads. With varying pricing, it provides three, six, and twelve-month intentions.

TheLuckyDate

A dating site called Theluckydate brings together solitary people from all over the world. The website for the site is user-friendly and has a wide range of characteristics. Additionally, joining is completely.

The website has a large achievements price and features reviews of contented spouses who have found love there. You can find the ideal meet with the aid of its customer service team.

Theluckydate does n’t require you to give too much personal information in order to create an account, in contrast to other dating sites. The website does, yet, ask customers like this for some fundamental details. Additionally, it only has a few seek filtering, like era and nation.

BravoDate

Bravodate is a dating site that offers high-quality companies and checked female users. For those looking to find a girlfriend digitally, it is an appealing alternative due to its lag-free operating layout and professional services. The website also provides a variety of communications and skype tools for communication.

You can choose from a variety of options on the website by using the search functionality, which lets you filter them by age, location, education, and spirituality. To guarantee that you get the most results out of your searches, its search functions are streamlined. Additionally, the website has a Newsfeed that updates you on the most recent activities of the site’s ladies. Additionally, it offers 20 costless credits for new people.

Zoosk

Zoosk is a top dating page for both laid-back timings and long-term ties with 40 million people spread across 80 nations. It provides its members with round-the-clock email assistance and a range of security measures to keep users healthy, such as picture verification and an individualized website safety manual.

Smartpicks, behavioural matchmaking, and the Carousel are some of its attributes. Users can either use these resources to meet themselves or entrust Zoosk with the task. Customers may join from anywhere because the website is available on both desktop computers and mobile devices. People of Zoosk can talk with potential matches throughout the day using a handy application that is also available.

Been Sincere if you want to Win a Girl’s Heart.

You must remain sincere if you want to succeed a girl’s brain. All forms of flattery, flirting, and teasing are acceptable, but only if you really mean it. Playing games https://mail-brides.org/countries/ukraine-widows-for-marriage/ with her feelings and center will just hurt her and lead your relation in the incorrect direction.

Get a nice listener as well. One of the most loving things you can do is pay close attention and remember teeny little particulars about her https://medium.com/@annpsy94/4-best-asian-dating-sites-to-meet-asian-singles-617d008d9cbc.

1.. 1. been sincere

Being sincere is one of the quickest ways to win a girl’s brain. Being open and honest with her demonstrates your concern and commitment to being there for her. Being sincere even entails paying close attention to what she has to say and recalling even the tiniest details.

Another way to remain sincere is to congratulate her in an earnest approach. People enjoy hearing accolades that are sincere. For instance, telling her she is lovely or has a great laugh may brighten her time.

Being sincere ultimately entails respecting her for who she is and allowing her to pursue her personal hobbies. This will aid in fostering believe, which is crucial for any kind of partnership. It will also demonstrate your respect for her viewpoints and interest in what she has to say.

2.2. Been a patient with others.

Being a good listener requires listening with interest. It shows that you care and are a good companion when you are attentive to what the speaker is saying. Additionally, it prevents you from interfering and criticizing them.

The ability to listen well is a crucial component of success in any marriage. It’s even more crucial, though, if you’re attempting to win someone over.

Pay close attention and pay attention to what she says during discussions. Additionally, it’s crucial to keep in touch with her via telephone names, writings, and cultural advertising. Do n’t text her too frequently, though, as this might come across as clingy.

3. 3. Become an effective conversationalist.

Conversational capabilities is get mastered with process, really like learning to play golf or sport. Great communicators are self-assured and capable of making a obvious point without saying too significantly.

Additionally, they have the capacity to answer to viewer issues quickly and appropriately. This demonstrates their interest in the subject at side and concern for what others have to say.

Being a nice communicator may be advantageous for both one’s personal and professional life. It might, for instance, assist you in making new friends or even finding employment. Additionally, it may result in increased job satisfaction. Finally, it may enhance your reputation as a subject-matter expert. You’ll have the upper hand when vying for a job or an invitation to an occasion if you do this.

4. 4. Friendliness is key.

It’s crucial to be a good friend if you want to get sassy girls ‘ hearts. Girls value trustworthy men who do n’t blow hot and cold. Additionally, it helps to keep up with how frequently you speak to her.

It’s a good idea to get in touch with her frequently via phone, text, or movie chat. This may give you the chance to express your assist and keep you informed about what’s happening in her existence.

But refrain from texting or calling her nonstop. This will seem possessive and might irritate her. Rather, attempt calling or texting her in the late afternoons and evenings before starting to phone at night. This will facilitate connection.

5.. 5. Been a decent man

Being a fine guy entails being understanding and kind to some. This entails listening to them with compassion, experiencing their joys and sorrows, and respecting their distinctions. Great citizens are likewise adaptable and willing to change when needed.

Get a great person and treat her with regard if you want to get her affection. Never play game, and always be honest about your motives. Rarely belittle her and value her viewpoints.

She will be able to tell you’re serious about her if she observes that you are an adult and take care of yourself. Remember the minor stuff, like folding your housework or making your unique snacks. Those little things really can brighten her morning. Make her smile and been a nice individual! You’ll win her over.

Locating a Dating Site in Puerto Rico

Puerto Rican girls love romance. They’re usually lighthearted in mattress and like to mingle with their partners. They are also really friendly and psychological. By using a specialized dating site, many men can make legitimate relationships with Puerto Rican women.

These websites have a license business type and give a variety of communication options. Some organizations have a record system, while others only permit users to pay for the goods and companies they use.

TheLuckyDate

Theluckydate focuses on both while countless dating sites emphasize the quality of patterns over the quantity. People can interact with beautiful Puerto Rican people without any trouble thanks to its simple method. Additionally, it has a wide range of features designed to enhance the user knowledge. Another important aspect of its is its files security. This platform’s activities do n’t break any laws, so your personal details are safe. If you have any questions or concerns, you can also get in touch with customer assistance 24 hours a day.

The user base on the website is diverse, including both singles and married individuals. The site has a higher success rate among matched newlyweds and many of its individuals have had good views. Its user-friendly layout and client-centered method make it a strong frontrunner in the world of online dating. Individuals can make the most of their passionate experience thanks to the site’s broad set of features and credit-based technique. In contrast, it offers a wide variety of perks for newcomers.

LatamDate

When it comes to dating Latinas, Latamdate is a reliable page that facilitates important links. It belongs to the Qpid Network and contains a number of characteristics intended to enhance online dating views. Additionally, it employs stringent security measures to make sure an environment that is both secure and entertaining.

To verify matches ‘ identities and facilitate authentic connections, the program prioritizes video calls and messages. In order to increase safety, it also encourages people to satisfy in open and to share their intentions with friends or family. Additionally, the website provides reporting tools to indicate improper behaviour or material.

People appreciate the straightforwardness of this website, which is simple to use and offers exceptional user aid. After you decide to listen, you can choose from various credit plans that allow unlimited communications. The site’s free trial period is long enough to determine whether the site is right for you. These features are ideal for hectic tunes looking to strike up a discussion with possible dates.

ColombiaLady

Colombialady is a website https://brides-for-dating.com/dating-sites/pinalove-online-dating/ for men and women who are serious about finding true love. It features an economical interaction system that includes internet, talk, and a Camshare movie- talk service. Additionally, it provides the ability for users to view information and photos of probable games.

The website has a user-friendly ui and is responsive to support. Additionally, there is a sizable repository of gorgeous Colombian people. The registration process is simple, and the generation of profiles is complimentary. The completion of the type just takes a few minutes. Additionally, the website offers a variety of repayment options, including Paypal and credit cards.

The website offers a personality exam with scientific inspiration that helps people find each other based on their compatibility. It is Lgbtq-friendly, supports many language, and has. In Puerto Rico, the dating app is one of the most well-known. Its distinctive capabilities and compatibility-based corresponding technique set it apart from other dating sites. It offers a stable setting, makes a great choice for important interactions, and is also an excellent choice for important relationships.

Mingle2

An online dating service called Match2 offers Puerto Rican singles the chance to connect with one another. It offers a wide range of functions to assist users in finding the ideal meet, including first-class communications options and a true repository of Puerto Rico women. Additionally, the website offers excellent customer service that is available round the clock.

Just a valid email address and a username or password are required to sign up for a Mingle2 accounts. Once you have signed up, you can search for fits by gender, age spectrum, and spot. You can also present attention in other people using the Reciprocal Match characteristic.

Some probable partners might favor dating apps that foster a deeper link. Boo, a psychology t company that specializes in matching people based on their personality qualities, is one such solution. Boo offers both an game and a url in contrast to additional dating software. The Lgbtq community is assured safety and inclusion in many of its characteristics.

Vendredi 12

 

 

Qu’est-ce qui m’a pris de fêter mon départ le jour avant de finir ?? La journée d’aujourd’hui va être vraiment très, très difficile… Pourtant, il faut que j’y arrive. Au moins, je ne suis pas en retard ; une fois n’est pas coutume ! Plus que quelques heures… Allez Alice, tu peux le faire !

Elle sort de l’ascenseur, inspire profondément et marque une pause, la main sur la poignée. Réajustant une mèche rebelle de ses longs cheveux noirs, elle expire, lentement, avant d’ouvrir en grand la porte de l’open space trop éclairé. Elle y travaille tous les jours, depuis trois ans.

Vendredi 12… Mon dernier jour au bureau.

Ses yeux s’écarquillent involontairement : les box de formica agencés en carrés concentriques, les tableaux de conférence et les plantes en plastique… La vision pourtant familière la submerge. Alors, seulement, elle perçoit le son : les cliquetis rythmés des doigts sur les claviers retentissent de plus en plus fort, jusqu’à former une symphonie cauchemardesque qui martèle douloureusement son crâne.

Ses jambes s’immobilisent et elle reste plantée là un instant, interdite, avant de tourner les talons. Son geste est instinctif et elle s’étonne d’en avoir eu le courage ; elle s’engouffre sans temps d’arrêt dans un petit couloir adjacent à la porte. La lumière moins vive lui fait du bien et son cœur ralentit un peu sa course affolée. Elle essaie de se reprendre, tout en avançant lentement dans l’espace exigu.

Alice : respire… Calme-toi.

Le corridor s’ouvre sur la cuisinette de l’étage. Elle avance tout droit, en automate, droit sur la grande machine à café qui trône dans la petite pièce ronde. Elle y glisse de la monnaie et carillonne expertement son choix, sur les grandes touches agrémentées d’images descriptives. Une série de bruits mécaniques se fait entendre, puis, enfin, un ‘clac’ décisif : la machine a rempli sa mission ; le café est prêt.

Alice tend une main incertaine vers le breuvage chaud. Ses doigts enveloppent le petit gobelet en plastique, prisonnier du distributeur ; son bras tire pour le ramener vers elle. Mais – la tasse reste stationnaire dans les airs.

La machine à café a disparu… ?!

La surprise la tétanise un instant ; cependant, elle n’a pas peur :

…Encore un coup de mes pauvres neurones fatigués.

Elle se force à fermer les yeux et respire longuement le parfum du café chaud, qu’elle a ramené à son visage, avant de les rouvrir.

La machine à café n’est toujours pas là. Interloquée, elle fait un tour sur elle-même : tout a disparu.

Autour d’elle, le vert tendre d’un champ s’étend à perte de vue. Le Soleil matinal lui chauffe la peau et l’air est empli d’une agréable brise printanière. Des chants d’oiseaux, lointains, parviennent à ses oreilles.

Qu’est-ce que c’est que ce… ?

Pendant plusieurs minutes, qui lui paraissent interminables, elle reste complètement immobile, abasourdie. Puis, lentement, elle se prête à la seule action qui a encore un sens : elle boit son café à petites gorgées. Il est bon et chaud ;

Un café complètement normal.

Sa boisson préférée éveille un peu ses sens et elle avance de quelques pas. L’herbe est souple et rebondit gaiement sous ses chaussures de ville ; elle se surprend à vouloir les enlever pour marcher pieds nus.

Une fois son café terminé, plus rien ne la retient à sa réalité d’une minute avant : le surréalisme de sa situation inonde ses facultés.  Les questions qui l’assaillent sont trop nombreuses et son esprit fatigué se rattache machinalement à un problème tangible : où jeter son gobelet vide ? Par principe écologique, elle se refuse à profaner le mystérieux pré sans fin. Elle l’écrase dans sa main avant de le fourrer dans sa poche.

Ce geste vif la sort de l’état contemplatif où elle était suspendue. Elle secoue la tête, cligne des yeux, s’ébroue… Incertaine de quoi faire d’autre, elle part d’une marche hésitante, au hasard.

La ribambelle interminable de ses interrogations reprend de plus belles, occupant toutes ses pensées ; elle ne remarque pas l’ombre étrange qui s’approche peu à peu, jusqu’à la survoler directement.

Soudain, elle se sent happée par les épaules, sa stupeur telle qu’elle n’a pas le temps d’avoir peur. Elle est hissée dans les airs,

Qu’est-ce que ? Deux… bras ? Deux bras musclés m’ont attrapée… !  

La voix tonitruante qui s’exclame au-dessus d’elle achève de l’ébahir :

– Je te tiens !

Alice n’est pas bien épaisse, mais, visiblement, son poids représente un encombrement conséquent pour son ravisseur : il souffle et pouffe et dégringole dangereusement, navigant dans les airs n’importe comment, à tel point qu’elle finit par s’accrocher d’elle-même aux avant-bras trapus qui la retiennent, pour ne pas tomber dans le vide. Ainsi calée, elle se détend un tout petit peu ; son regard s’attarde sur un point qui se rapproche.

Un village ?

A l’horizon, des sortes de huttes rondes, dont les toits en tuiles de bois sombre sont soutenus par des rondins verticaux, se précisent peu à peu.

La ‘chose volante’ commence une descente maladroite. La force qui la maintenait suspendue l’abandonne abruptement et son kidnappeur et elle chutent ensemble, roulant au sol en catastrophe, entre les habitations. La bouche pleine de poussière, les cheveux en bataille, Alice a mal partout et peine à se relever. Elle reconnaît la voix forte qui s’écrie à nouveau :

– Regardez ce que j’ai trouvé ! C’est l’Aïael ! Vite, allez chercher Algor ! Vite, avant que l’Aïael ne disparaisse !

La foule se resserre et une main inattendue se tend vers elle pour l’aider ; elle l’attrape avec reconnaissance. Ses genoux écorchés lui font mal et elle a maintenant très peur ; le geste amical, loin de la rassurer, la pousse au comble de l’incompréhension.

 Qui sont ces gens ? Que me veulent-ils ? Mais bon sang, où suis-je ??

Tout autour d’elle, un cercle de villageois l’observe. Le mot ‘villageois’ lui est venu à l’esprit en référence à des gravures anciennes de villages médiévaux : les enfants sont nus, les hommes et les femmes portent des frusques d’un autre âge. Ils sont tous – absolument tous – blonds. La plupart des hommes sont couverts de poils : entre leurs cheveux longs, leurs barbes et leurs moustaches, on voit à peine leurs visages. Ces buissons de crin abondant sont néanmoins soignés : les barbes sont tressées, les moustaches peignées, les cheveux attachés en sections, comme des fagotins de paille.

On dirait… Des Vikings ?!

L’attroupement se desserre pour laisser passer quelqu’un ; un homme très, très grand. Comme les autres, il ne porte qu’un pantalon bouffant, mais le sien est retenu à la taille par une ceinture d’anneaux de métal au lieu d’une simple corde. Il se distingue aussi par sa coiffe : un casque métallique orné de motifs guerriers.

Arrivé à son niveau, il se baisse et plonge ses yeux d’acier dans les siens en s’écriant :

– Par la Déesse Mère, c’est vraiment l’Aïael ! Préparez-vous à attaquer ! Nous allons terrasser les Rouges !

La foule s’égrène à toute vitesse. Ebahie, Alice assiste à l’envol de plusieurs individus : ils prennent leur élan sur quelques mètres, bondissent en agitant leurs grands bras et partent à planer dans les airs. Il ne reste bientôt plus que trois grands gaillards et Algor, qui escortent vigoureusement Alice à l’une des habitations. Enfermée à l’intérieur, Alice se met à pleurer. La situation sans queue ni tête qu’elle est en train de vivre est bien trop réelle pour être un rêve, alors, comment appréhender un tel retournement ?

Un léger bruissement la sort de son apitoiement : des petits pieds foulent la paille au sol, tout près d’où elle se trouve. Elle se tourne vivement et entr’aperçoit une silhouette ; l’ombre d’un enfant, visible dans les interstices, entre les planches inégales qui composent la paroi de la hutte.

Le gamin est aussi curieux qu’elle : ils s’observent par les fissures silencieusement quelques secondes, tous les deux déconcertés. Alice brise le silence :

– Pourquoi suis-je enfermée ici ?

Le petit fait un bond en arrière, puis revient doucement à son poste, avant de murmurer :

– Tu es l’Aïael… Evidemment qu’on ne va pas te laisser partir !

– C’est quoi, l’Aïael ? Où suis-je ?

– Ben, t’es chez les Jaunes, pardi ! L’Aïael, c’est toi ; tu es La Différente, tu portes bonheur ! Tu vas nous aider contre les Rouges, hein, l’Aïael ?

– Comment ça ‘la différente’ ? Qui c’est, ‘les Rouges’ ?

Le petit garçon fronce les sourcils dans une expression indécise ; il a l’air déçu de l’ignorance d’Alice. Il lui tire la langue avant de partir en courant, au moment où de nouvelles ombres apparaissent derrière le mur de bois mal agencé : Algor et ses guerriers sont revenus.

Alice recule piteusement mais se retrouve vite dos au mur ; il n’y a pas d’issue. Face à sa panique, Algor part d’un grand rire :

– Alors, l’Aïael, on te fait peur ? C’est toi qui va faire peur aux Rouges ! Quelle veine de t’avoir trouvée en premier ! Comment t’appelles-tu ?

Au moment où Algor lui demande son nom, Alice, stupéfiée, assimile enfin qu’ils parlent la même langue, même si les ‘Vikings’ ont un drôle d’accent. Elle leur répond « Alice » d’une toute petite voix, les yeux rivés au sol. Algor descend son visage à son niveau et lui adresse un large sourire, rempli de grandes dents blanches :

– Ah’lyss ? C’est bien trouvé, pour un petit moineau comme toi ! Comme tu ne peux pas voler, je vais t’emmener en vol-faucon jusqu’au front, ce sera plus rapide. Ensuite, je te déposerai, bien en vue, devant les Rouges : il faut qu’ils voient clairement ta belle tignasse de ténèbres ! Ils vont être terrifiés !

S’adressant aux autres, il ajoute :

– Vous, vous resterez près d’elle, au sol, à tous les instants. Il ne faudrait pas que les Rouges nous volent notre Aïael !! Dites aux autres que nous attaquerons en vol-chouette dès notre arrivée sur la ligne de front. Accompagnés d’Ah’lyss, notre diversion les déstabilisera tellement, que nous passerons au travers de leurs défenses comme dans du beurre.

Vol-faucon ? Vol-chouette ? Comme si ‘vol’ tout court n’était déjà pas assez incongru…

Algor ne perd pas de temps : à peine sa phrase terminée, il attrape les épaules d’Alice et bondit dans les airs. La force de sa poussée les élève directement de quelques mètres. De là, il se laisse porter par le vent comme un planeur.

Clairement, il maîtrise son vol beaucoup mieux que son transporteur précédent ; Alice se sent presque en sécurité. De leur position, à seulement quelques mètres du sol, ils frôlent les arbres et glissent agilement entre les toits des constructions, avant de prendre une grande accélération en ligne droite, une fois revenus au-dessus du grand pré qui semble sans fin.

Le reste des guerriers, les ‘Jaunes’, les encadrent à gauche et à droite. Ils se sont parés pour la bataille : peintures et ornements brillent somptueusement. Alice se surprend à les trouver étrangement beaux.

Glorieux et impressionnants, comme une improbable volée de faucons géants.

Soudain, un point apparaît sur l’horizon. L’instant lui rappelle tellement son arrivée au village des Jaunes qu’Alice a l’impression qu’ils sont revenus en arrière. Mais, non : il s’agit bien d’un autre bourg. Comme Algor l’espérait, ses habitants sont pris par surprise : femmes et enfants courent dans tous les sens pour prendre abris dans les constructions, qui sont troublantes de similitude avec celles des Jaunes. Les guerriers Rouges lèvent le poing au ciel vers leur ennemi, en lançant leurs cris de bataille.

Après avoir fait un cercle complet au-dessus du petit hameau, Algor et ses combattants viennent se poser à une vingtaine de mètres de l’orée du village. Plantés là dans tout leur panache guerrier, ils attendent, provocateurs. Alice a l’impression de voir des étudiants, satisfaits d’avoir monté une blague particulièrement astucieuse, attendre anxieusement de voir leur victime tomber dans le panneau.

La guerre la répugne, pourtant, aujourd’hui, elle ne ressent pas son aversion habituelle. Elle est curieuse de voir la suite.

Les ‘Rouges’ ne les font pas attendre. Ils arrivent en masse, superbes dans leur outrage, avançant comme un seul homme jusqu’à se planter en face des Jaunes ; seuls quelques mètres les séparent.

Comme Algor l’a exigé avant leur départ, Alice est gardée de près : encadrée de trois grands Jaunes, elle doit se pencher et tordre son cou pour arriver à voir la scène, de derrière la hanche de l’un d’entre eux. Les chevelures, barbes et moustaches rouges et oranges des ‘ennemis’ scintillent au Soleil comme des flammes et un éclair de réalisation la cloue sur place.

Ils sont tous roux ! ‘Les Rouges’ contre ‘les Jaunes’… C’est la guerre des roux contre les blonds !

Quelques secondes lui suffisent pour compléter sa pensée :

Et moi… Avec mes cheveux et mes yeux noir de jais… Je suis ‘La Différente’. Bon sang, je suis pour eux une anomalie porte-bonheur !

Son raisonnement est coupé court par des dizaines de cris aux consonantes inhumaines, qui retentissent dans les deux camps : le début de l’affrontement a sonné ; les Vikings se jettent les uns contre les autres.

Il ne reste plus autour d’elle que les trois molosses, sa garde personnelle. Ils se sont écartés pour l’exhiber aux Rouges et plus rien n’obstrue sa vue : elle ne perd pas une miette de la première vague d’attaque. Cette échauffourée n’a rien à voir avec ce à quoi elle s’attendait ; elle est stupéfiante.  Alice reste bouche bée quelques instants, son cerveau incapable de traiter les images qu’il reçoit.

Les Vikings blonds et roux se sont distribués systématiquement l’un en face l’autre. Ils bombent le torse et se regardent en grimaçant un moment, puis s’élancent à l’unisson dans un saut vertical, pédalant énergiquement dans le vide jusqu’à arriver à quelques mètres de haut, pour retomber les poings en avant et marteler leur adversaire. Elle est soulagée de voir qu’ils n’ont pas d’autres armes que leurs bras massifs.

Remarque, l’un de leurs bras pourrait être deux de mes cuisses…

Fascinée, elle regarde leur drôle de danse guerrière, incapable d’en détourner son regard. Les grands coups de pieds effrénés qu’ils donnent dans le vide pour prendre de la hauteur, tout en restant sur place, ont quelque chose de terriblement comique, malgré la contenance franchement effrayante des Vikings. On dirait…

On dirait le vol nuptial d’un oiseau bizarre… On dirait des chouettes !

Son discernement lui amène un sourire :

Mais bien sûr ! Le vol-faucon et le vol-chouette… Le vol-faucon, c’est pour couvrir les distances. Le vol-chouette, c’est pour se taper dessus ! Oh, ils sont poilants, ces Vikings !

Son amusement est vite interrompu par ses trois gardiens, qui lui tournent subitement le dos pour faire face au danger. Ils se rapprochent d’elle en formation d’étoile, les poings serrés et les jambes fléchies : l’ennemi les a encerclés. Alice ressent pleinement leur force énorme alors qu’ils se préparent à attaquer. Elle pâlit ; ses jambes faiblissent.

– Ils t’ont repérée, l’Aïael… Attention, reste à l’abri derrière nous !

Dans un grand hurlement sauvage, trois Rouges tombent littéralement à pic sur les trois Jaunes qui veillent sur elle. Une pluie de coups s’abat sur ses gardiens, dont la clameur en retour lui glace les sangs. C’est leur tour de s’élever à grands coups de ruades ; ils retombent comme des massues sur l’ennemi. Dans le chaos de la bataille, Alice se retrouve poussée hors du cercle ; elle tombe à la renverse et rampe loin du combat.

Arrivée à la sécurité relative du grand pré, un peu plus détendue, elle s’assoit dans l’herbe pour regarder la bataille, qui bat son comble.

Quelle vision… Les Jaunes et les Rouges sont bien assortis – ils montrent la même force, la même rage guerrière et la même technique de combat… On dirait la bagarre de deux frères jumeaux, répétée à l’infini. Comment pourrait-il y avoir un gagnant ? Depuis combien de temps cette rivalité extravagante existe-t-elle entre eux ?

Le combat se poursuit longtemps. Le Soleil baisse sur l’horizon, mais les Vikings ne donnent pas signe de fatigue. Personne ne fait attention à elle et elle pense à s’enfuir, mais laisse rapidement tomber l’idée.

…Fuir, pour aller où ?

Désorientée, elle reste plantée là, à regarder ces êtres atemporels tester leur force.

Continueront-ils à se battre après la tombée de la nuit ?

Sa question silencieuse reçoit une réponse assourdissante : Algor a assommé le chef des Rouges, les cris de victoire des Jaunes font trembler la plaine. La bataille est finie.

Curieusement, il n’y a pas de rancœur : les Vikings des deux camps se donnent l’accolade, rigolards, avant de repartir chacun de leur côté.

Le chef des Jaunes et son escorte arrivent devant Alice, essoufflés, couverts de sueur et de poussière, meurtris par les coups, mais arborant tous un large sourire :

– Merci, l’Aïael ! C’était un beau combat. Grâce à toi, nous avons gagné ! Je suis heureux de voir qu’en plus, cette fois-ci, tu n’as pas disparu avant la fin. C’est gentil d’être restée !

Ces mots transportent Alice, qui reste un moment silencieuse à réfléchir.

– Tu veux dire que… J’aurais pu partir ? Dis-moi, Algor, vous le trouvez souvent, l’Aïael ?

– Ben, en voilà une question, Ah’lyss ! Parfois, nous le trouvons ; et parfois, ce sont les Rouges qui le trouvent ! Ensuite, nous nous battons et c’est ceux qui ont l’Aïael avec eux qui gagnent.

– Tu parles comme si vous ne faisiez que ça… Que se passe-t-il dans le reste du monde ? Que font les autres tribus ?

– Le reste du monde ? De quoi parles-tu ? Il n’y a que nous ici, les Jaunes et les Rouges. Et oui, nos deux camps guettent pour trouver l’Aïael en premier, pour gagner la bataille. Ensuite, on festoie, puis on recommence ! C’est là l’ordre des choses.

– Et… il y a beaucoup d’Aïaels ?

– Je ne saurais pas te dire précisément, mais oui, un Aïael passe presque tous les jours. La vie serait bien triste autrement, tu ne penses pas ?

– Mais alors… Pourquoi suis-je encore là ?

– Ah ça, je ne sais pas, Ah’lyss. Peut-être que tu vas rester et qu’on a déjà notre Aïael pour demain ! Ce serait un sacré bonus ! Maintenant, rentrons, il est temps de donner la bonne nouvelle aux femmes, qu’elles nous préparent un festin !

Le grand Algor prend son envol et attrape Alice au dernier moment, calant sa petite taille dans le creux de son coude. Les Jaunes le suivent, certains, un peu amochés, voletant maladroitement.

Au village, les Vikings s’affairent aux préparatifs pour la soirée ; le Soleil s’est couché, il y a beaucoup à faire pour célébrer dignement la victoire. Alice reste seule, désemparée.

Pourquoi est-ce que je ne suis pas repartie, moi ?

Elle enfonce distraitement ses mains dans le poches et –

Ah, tiens ! Le gobelet de la machine à café…

Elle sourit en repensant à son bureau, à la hantise qu’elle ressentait ce matin à l’idée d’affronter son dernier jour, maintenant lointaine comme un mauvais rêve. Pensivement, elle tire sur les bords enfoncés du petit gobelet en plastique pour le remettre en place.

Un Vendredi 12, parfaitement inoffensif… Un pauvre bureau tout ce qu’il y a de plus commun. Qu’est-ce que j’aimerai y retourner !

Le gobelet émet un petit ‘clac’ en reprenant sa forme originale. Elle est contente du résultat et, satisfaite, relève la tête pour voir où les Vikings en sont dans leurs préparatifs. Mais quelque chose ne va pas : tout est sombre, il n’y a plus un bruit.

Son affolement croît plus vite qu’elle ne le voudrait : elle se lève d’un bond et commence à tâtonner autour d’elle. Son mouvement déclenche le capteur qui met en route le minuteur de la lumière de la cuisinette. Le néon grésille en éclairant la pièce, mise à nu par la lumière trop vive.

Au même moment, Anton fait irruption dans les lieux. Son grand collègue hollandais s’arrête net en la voyant, debout, comme pétrifiée devant la machine à café. Son accent retentit haut et fort dans la petite pièce silencieuse :

– Ah’lyss ! Comment vas-tu ? Tu es blanche comme un linge… Allez, dépêche-toi, tu vas être en retard pour la réunion d’équipe ! C’est ta dernière, non ? Je suis sûr que tu ne veux pas en manquer une miette…

Il lui adresse un clin d’œil complice en attrapant un gobelet de café. Sa barbe et ses longs cheveux blonds rassemblés en queue de cheval semblent presque blancs, sous l’éclairage clinique du tube luminescent.

 

 

Envoi du manuscrit

J’ai envoyé une première fois le manuscrit à la poignée de maisons d’éditions françaises qui  éditent de la science fiction. C’était début 2014, nous étions aux Etats-Unis et Cosmogonies se présentait alors encore en trois tomes ; j’ai donc envoyé le premier livre seulement. J’en ai passé des heures à la boutique d’impression ouverte 24h/24h de notre petite ville au Colorado ! Mes visites à la poste m’ont coûté une fortune en envois internationaux.

Tous les éditeurs que j’ai contactés m’ont répondu cordialement, mais personne n’a pris le manuscrit, car “s’engager sur une trilogie écrite par un auteur inconnu n’est pas une bonne idée, commercialement”. Deux amis critiques littéraires français m’ont confirmé ce fait : ma trilogie n’avait aucune chance à ‘l’édition traditionnelle’, à moins que j’aie “des contacts dans le milieu de l’édition française”. Pour moi, qui venais de passer  17 ans à l’étranger et qui n’étais même pas en France, ces ‘contacts dans l’édition française’ n’existaient pas.

Très bien. J’ai donc passé quelques mois à réécrire le livre en un seul tome. Nous sommes rentrés en France en milieu 2014 et je l’ai reproposé, sous sa forme actuelle, à peu de choses près. Cette fois-ci, j’ai eu une paire de réponses positives. J’étais si excitée !!

Malheureusement, après avoir étudié les termes des contrats proposés, j’ai abandonné l’idée : être édité dans ces conditions était tout simplement une farce.  On me demandait de céder l’intégralité des droits, de participer indirectement  aux frais d’impression et d’être heureuse avec moins de 5% de marge éventuelle, reversée une fois par an sans que je n’aie aucun moyen de vérifier le nombre de ventes. La version numérique du livre serait proposée à un prix complètement hallucinant, sur lequel je n’avais pas mon mot à dire. J’aurais dû accepter tout cela pour l’impression de seulement 2000 exemplaires, accompagnés d’un plan de comm tristement standardisé,  auquel personne n’aurait pu croire – même pas moi, qui suis pourtant du genre positif à voir le bon dans chaque chose.

Bref, j’ai été déçue. Mes circonstances personnelles en ont rajouté une couche : mon nouvel emploi français m’a engloutie toute entière. A la merci d’un burn out (qui a fini par arriver, mais cela est une autre histoire), j’ai dû mettre en suspens mes efforts de publication jusqu’à être en mesure de m’en occuper vraiment.

Mais je n’ai jamais abandonné. Dès que le moment propice s’est présenté, sous la forme d’une rupture de contrat avec mon employeur, j’ai repris les rênes du projet en main, cette fois-ci en étudiant sérieusement l’auto-édition. J’avais déjà compris que c’était ma meilleure piste pour publier Cosmogonies dans son intégralité, sans le livrer comme un objet sans âme à un ‘éditeur’, qui n’y a sans doute jamais rien vu d’autre qu’une opportunité de faire trois sous.

J’ai choisi la plateforme Lulu.com, car elle avait déjà servi de tremplin à plusieurs amis auteurs indépendants dont je respecte le jugement et admire le travail. J’ai préparé inlassablement mes fichiers pour fignoler la mise en page du texte. J’ai trouvé le modèle idéal de mon héroïne pour la couverture et elle a gentiment accepté de poser pour Cosmogonies devant l’aéroport de Marseille Provence (Merci Nanou !). J’ai demandé l’aide d’un ami photographe pour la photo (Merci Patrick!). J’ai écumé les archives de la NASA pour trouver une image de notre étoile, le Soleil, qui conviendrait. Enfin, j’ai recruté un ami graphiste pour mettre le tout en forme (Merci Didier !).  Ensuite, je me suis lancée dans la fabrication d’une variété de formats numériques, quelque chose de complètement nouveau pour moi.

En quelques mots, ce fut une période d’apprentissage en accéléré du monde de l’édition, ce monde mystérieux qui m’avait toujours un peu effrayée. Mais la joie de cette collaboration, un véritable travail d’amour, a été plus forte et a renversé tous les préjugés, tous les à priori qui auraient pu encore me retenir. Je le savais déjà mais je l’ai ré-appris : l’appréhension est toujours un peu la même à chaque fois que l’on entreprend quelque chose de nouveau et la satisfaction à l’arrivée est toujours la même aussi. En quelques semaines, le dragon a été dompté ;  en Octobre 2016, j’ai reçu le premier ‘exemplaire test’ à revoir.

Une grande joie, un sentiment de réussite incomparable s’est emparé de moi. Cosmogonies, le livre, était prêt ; prêt à être partagé.

Je lui ai alors créé une page Facebook et un compte Twitter, une plateforme complètement nouvelle pour moi. Et j’ai commencé à parler de lui… Quelle joie de rencontrer d’autres auteurs indépendants, de voir tant de talent, tant d’énergie créatrice ! Quel bonheur de sentir l’enthousiasme de tant de lecteurs, de blogueurs et de blogueuses passionnés ! J’ai été aspirée dans un monde merveilleux, peuplé de gens qui sont sur la même longueur d’onde et dont le support créatif m’a donné chaud au cœur.

Je n’ai pas trouvé d’éditeur, mais j’ai trouvé une famille. L’auto-édition est la plus belle chose qui aurait pu arriver à mon livre, à moi, à tout auteur qui aime son œuvre.

Peu à peu, je vois la communauté Cosmogonies grandir et son histoire extraordinaire, qui m’a pris tant d’années à écrire, être partagée. Je sais que ce ne sont que les premiers pas… la suite, nous la verrons ensemble !

LIVRE

Le Noël de Cosmogonies

 

 

 

Je ne sais pas de quoi notre futur sera fait, mais je peux vous parler de la fin d’année 2020. Plus précisément, du 24 Décembre 2020. Ce soir-là, à Paris, il neigera plus que de coutume. Un jeu télévisé hilarant passera sur la dix-septième chaîne vers 23 heures, si ça vous dit. Toute la patrie sera à la fête, au moment… des faits.

Qui aurait pu imaginer les évènements extraordinaires qui secoueront notre bonne vieille Terre en ce terrible 24 Décembre 2020 ? Et surtout, comment en arriverons-nous là ??

Cosmogonies nous décrit en détail l’arrivée, mais pas le point de départ. Le point de départ de cette situation qui semble sans issue au 24 Décembre 2020, c’est maintenant ; c’est aujourd’hui : c’est fin 2016.

La fin d’année est une période de bilan, une période de réflexion, alors,  profitons-en pour  cogiter quelques instants sur notre réalité. Car notre réalité nous appartient : il ne tient qu’à nous de la changer, pour le meilleur, ou pour le pire.

 

 

En fin d’année 2016, nous sommes trop nombreux à essayer de penser le moins possible ; à nous dépêcher de passer dans la rue en ignorant le plus possible les inconnus grelottants croisés sur notre chemin. Nous nous souhaitons ‘Joyeuses fêtes’ plutôt que ‘Joyeux Noël’, pour rester le plus neutre possible : on fait tout pour éviter le faux pas de l’allusion à une religion.

Et pourtant, au-delà des cultures et des religions, nous sommes tous pareils !

Reprenons les rennes de nos vies, nous sommes tous responsables de nos trajectoires et de toutes les vies que nous touchons, de près ou de loin, directement ou indirectement. C’est l’un des grands messages de Cosmogonies.

 

 

Dans Cosmogonies, juste un poil dans le futur, au moment de Noël 2020, ce n’est pas une attaque terroriste qui vient mettre en question notre futur à tous ; c’est l’amalgame de toutes les actions de chacun d’entre nous. Ce Noël-là, c’est le moment où les conclusions de nos actions, qui s’ébauchaient jusqu’alors dans l’ombre, entrent en lumière et prennent soudain toute la place. Ce Noël-là, ce n’est pas une fête religieuse. Ce n’est même pas une fête. C’est un soupçon de quiétude, avant la tempête.

Heureusement pour nous tous, il nous reste encore quelques années avant d’y être. S’en sortent-ils, dans Cosmogonies ? Aujourd’hui, que pouvons-nous faire, pour être dans le vrai ? Le message d’espoir du livre retentit haut et fort jusque dans notre réalité : écoutez le chant de votre âme.

 

 

En cette fin d’année 2016, serrez fort ceux que vous aimez dans vos bras. N’attendez plus : le temps passe trop vite… 2020 arrivera dans un instant. Tendez une main amicale aux inconnus, osez aborder les plus démunis pour leur venir en aide, pour leur offrir ne serait-ce qu’un sourire, une marque de reconnaissance de leur humanité, qui est la même que la vôtre. Réalisez que tout ce que vous faites, tout ce que vous pensez, a un impact  véritable  sur ce qui vous entoure. Vous n’êtes ni seul, ni impuissant, loin de là !

 

 

Cosmogonies est le récit de chacun d’entre nous, de nos choix et de leurs conséquences ; de notre prise de conscience commune. Quel que soit votre  âge ou vos origines, Cosmogonies vous rassemble autour du meilleur de vous-mêmes.

Je vous souhaite à tous de merveilleuses fêtes de fin d’année, comblées de lumière et d’amour !

Vers un 2017 vécu dans l’harmonie, en pleine conscience.

 

 

Marilyne Walker

 

 

Marie : portrait chinois impromptu

 

 

marie-bureau

 

Marie sort du travail. Elle marche vite et ses talons claquent sèchement sur l’asphalte du centre d’affaires presque désert : il est tard, elle est la dernière à quitter son bureau. Il fait froid à Amsterdam dans ce début d’hiver et la brume se lève ; elle souffle sur ses mains gantées en frissonnant.

Elle s’engouffre dans un passage aménagé entre les bâtiments, vers la lumière trop vive d’un centre commercial. Alors qu’elle ramasse un panier pour transporter ses maigres courses du soir, deux employés du magasin l’accostent en souriant, nullement découragés par le regard noir qu’elle leur lance.

 

  • Bonsoir ! Accepteriez-vous de répondre à quelques questions pour notre grand jeu ‘à la rencontre de nos clients’ ?
  • NON. Prenez quelqu’un d’autre, je suis pressée.
  • S’il vous plaît… Vous êtes la dernière pour ce soir ! Nous vous offrons un bon d’achat surprise pour moins de cinq minutes de votre temps !!

(L’employé de gauche trépigne en agitant une petite enveloppe qu’il tient dans la main. Marie soupire bruyamment.)

  • Bon… moins de cinq minutes alors, sinon je pars et tant pis pour mes courses !
  • Super, merci ! Alors : quel est votre plat préféré ?
  • Euh… et bien… Les croissants fourrés au fromage et au jambon. Faits par ma grand-mère !
  • Le son, le bruit que vous préférez ?
  • Techno !
  • Le son, le bruit que vous détestez ?
  • Clic … cliquetis-clac … clic-clic…

(Les deux employés la regardent sans comprendre)

  • … le bruit d’un clavier d’ordinateur, quoi ! Je passe mes journées à pianoter sur ces machines, ça rendrait dingue n’importe qui…
  • Votre drogue favorite ?
  • Houlà ! Vous êtes sûrs que c’est pour le supermarché votre enquête ? (elle s’esclaffe) Eh bien, pour moi, c’est le vin – d’ailleurs, c’est ce qui m’a motivée à m’arrêter au supermarché à cette heure-ci !
  • Quel homme ou femme choisiriez-vous pour illustrer un nouveau billet de banque ?
  • Ma copine Mélodie. Elle est trop classe !
  • Votre mot préféré ?
  • Allez !!!
  • Le mot que vous détestez ?
  • Mais…
  • La plante, l’arbre ou l’animal dans lequel vous aimeriez être réincarné ?

(Elle roule des yeux, l’air agacé)

  • …mais j’en sais rien, enfin ! C’est quoi cette question ? …En moi ! Je voudrais être réincarnée en moi.
  • Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ?
  • Bon, je vous préviens : celle-ci, c’est la dernière ! J’y réponds parce que c’est évident : « Salut ma grande ! Bien joué pendant l’échauffement. Maintenant tu continues tout droit, première porte à gauche pour le deuxième niveau ».

 

Les deux employés se regardent, incertains. Marie profite de leur instant de surprise pour chiper le bon d’achat de la main du jeune homme et l’agite sans se retourner en signe d’au revoir. Elle passe les tourniquets du magasin et disparaît dans les rayons.

 

 

bijlmer